Le redressement judiciaire de Pixmania et ses conséquences

Le redressement judiciaire de Pixmania et ses conséquences

Pixmania fait partie des premiers vendeurs de produits électroniques tels que les jeux vidéos, l’électronique, les produits électroménagers ou encore les photos numériques.

pixmania.jpg

Pixmania vend et propose ses services et ses produits sur internet, néanmoins, cet établissement propose également d’autres produits comme les jouets pour enfants, les produits pour bébés, ou encore les produits ménagers pour l’intérieur de la maison. Tout le monde peut avoir accès à Pixmania parce qu’il est disponible dans près d’une quinzaine de pays.

Pourquoi Pixmania est-il en redressement judiciaire ?

Pixmania était une entreprise qui utilisait un peu moins de 500 personnes. Mais toutefois, il s’est dit ne plus être dans la capacité de payer ses employés à la fin du mois. Pixmania est donc pour cela et pour d’autres raisons également, en redressement judiciaire depuis mi-octobre 2015. Depuis ce jour donc, l’administration judiciaire avec les directeurs cherchent sans cesse des racheteurs qui souhaiteraient obtenir l’entreprise afin que le plus d’employés possibles aient l’opportunité de garder leur travail.

investisseurs.jpg

Toutefois, des investisseurs intéressés par l’offre ont donc remis leur proposition à l’administration judiciaire ainsi qu’à la direction depuis le début de cette année, et nous n’avons plus qu’à attendre les résultats de tout cela.

Quelles sont les conséquences pour la marque et ses consommateurs ?

Pixmania a été conçu il y a 16ans exactement, et sa montée à été fulgurante. En France, Pixmania était la référence numéro un. Mais contre toute attente, les concurrents sont arrivés en masse, et du coup leur chiffre d’affaire a chuté à tel point qu’à présent ils ne sont plus à même de payer leurs salariés. Les pertes s’élèvent à plus de 200 millions d’euros ou à plus d’un quart de leur chiffre d’affaire. Il s’agit d’un cercle vicieux car maintenant que le groupe est en redressement judiciaire, les consommateurs vont s’approvisionner ailleurs.